Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez|

[TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]

AuteurMessage
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Ven 27 Nov - 22:28
  
    Je retournai dans mon bureau et constatai avec horreur tout ce dont j'avais du me servir pour réussir à décrypter cette saleté de bouquin. En plus de ça, je ne le trouvais pas spécialement intéressant, comment allais-je bien pouvoir le faire étudier à mes élèves dans ces conditions ?... Il allait falloir que je me force à relire mes notes, je finirais bien par trouver quelque chose d’utile dans ce ramassis de conneries - commentaire à garder pour moi, sinon ça pourrait me revenir dans la gueule - alala décidément mes seules préoccupations n’avaient rien de trépidant et j’allais devoir relire un livre nul... ouh quelle vie ! Bon, certes je n’avais pas à me plaindre mais... non, je ne devais pas me plaindre, j’étais bien chanceux d’avoir un boulot de ce genre même si ce soir il me semblait particulièrement soporifique.
    La porte s’ouvrit derrière moi, je me retournai pour voir Otomo-san, l’autre professeur de littérature. Il me fit un petit sourire avant de regarder mon bureau.

    - En plein travail je vois, Suh-sensei.
    - Non, en fait je viens de terminer.


    Heureusement, car il était quand même 22h et je n’avais pas envie de m’éterniser plus encore ici. J’avais cours de bonne heure le lendemain matin en plus de ça, alors j’allais rentrer, me détendre et me coucher. Quoiqu'il allait tout d’abord falloir que je me donne le courage de sortir et de rentrer à pied. Je n’avais pas vraiment l’intention de prendre le taxi, et j’avais raté le dernier métro. Mais bon, comme ça quand j’arriverais chez moi je serais tellement fatigué que je tomberais de sommeil, c’était pas plus mal en fait. Je ne perdrais ainsi pas de temps à tourner et virer dans mon lit, à ressasser pensées et souvenirs perturbants qui risqueraient de faire baisser mon moral, certes c'était assez difficile à faire mais avec un peu de bonne volonté - enfin, si on peut dire - j'arrivais à me déprimer tout seul... le lendemain ça passait, mais les heures où le sommeil me fuyait me semblaient alors être une éternité.

    - Vous voulez de l’aide pour ranger ? proposa-t-il.
    - Non, je vous remercie, mais je ne veux pas prendre de votre temps.
    - Comme vous voulez.


    Il me fit un grand sourire puis me salua et s’en alla. Voilà, j’étais probablement le dernier à être encore dans les bâtiments de l’université, enfin en dehors des gardiens bien sûr. Et je n’aimais pas vraiment être le dernier présent dans une école... je me mis donc à ranger les livres et autres documents que j’avais emprunté, faisant pas mal d’allers-retours jusqu’à la bibliothèque - la prochaine fois, bibliothécaire là ou pas là, je m’installerais là-bas hein ce serait bien plus pratique -.
    Une fois les livres remis en place, je m’arrêtai devant l’une des fenêtres et regardai Tokyo. Il y avait une sublime vue d’ici je dois dire. Ah... dire que juste un mois auparavant j’étais encore en Corée, et je venais juste de recevoir la lettre. Je n’avais pas vraiment pris le temps de réfléchir et j’étais persuadé que j’avais pris la bonne décision... enfin, je l’espérais. Je m’étais laissé porter sans trop savoir pourquoi... mais je n’avais sans doute plus à y penser, maintenant j’étais à Tokyo et je devais continuer de voir comment les choses allaient évoluer.

    Je relevai les yeux vers la pendule et soufflai : 22h30, allez à quelle heure j’allais être chez moi maintenant !? Je sortis de la bibliothèque et repartis vers mon bureau pour récupérer mes affaires. J’enfilai mon manteau blanc, mon écharpe et remis mes livres dans mon sac puis je pris le chemin de la sortie.

    Je soupirai longuement en traversant les couloirs. Ma journée était belle et bien terminée, heureusement qu’il ne restait plus qu’un jour avant le week-end, j’allais pouvoir me reposer un peu. Avec le temps, je prendrais les habitudes, mais là j’avais un peu de mal à me faire au rythme... pendant deux ans j’avais travaillé dans un lycée, c’était quand même autrement plus simple, pas que je préfère la facilité, mais il fallait que je prenne le coup.
    Je passai devant le bureau du gardien de ce bâtiment.

    - Je pars ! lançai-je à la cantonade, ne sachant pas trop où il était.
    - Oh Suh-sensei ! Bonsoir ! répondit-il en sortant de l'archive derrière le bureau.
    - Bonsoir.


    Je sortis du bâtiment puis de l’enceinte de l’université. Je sortis mes gants de mes poches pour les mettre, je ne les oubliais plus maintenant ! Heureusement pour moi, car ce soir aurait sans doute été difficile sans. J’essayai de me souvenir par où je devais passer... c’était la première fois que je rentrais si tard, j’espérais que je ne me perdrais pas tout de même, ce serait ballot. Je regardai les panneaux, et me dirigeai vers le quartier de Ginza, c’était le plus court chemin pour me rendre chez moi, j’avais pas trop le choix, si je pouvais éviter de mettre trois heures à rentrer...



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 29 Nov - 0:11
  
    Un soir parmi tant d’autres pour Jeong Hu, un soir où il ne se sera satisfait qu’après avoir eu sa dose de fête, de connerie et de beuverie, ce qui impliquait donc qu’il ne se coucherait sûrement pas avant l’aube. Cette fois-ci plusieurs fêtes avaient lieux aux quatre coins de la ville, et comme beaucoup le savent, aucunes soirées ne se fait sans la présence de l’arrogant jeune homme. Il avait donc décidé de passer par toutes, pour trouver ce qu’il cherchait. Quoi ? Ce qu’il cherchait ? C’est simple, de l’alcool, de l’ambiance et une ou plusieurs conquêtes en plus pour terminer en beauté. Voila déjà une heure qu’il était arrivé à l’une des fêtes, cependant celle-ci ne lui convenant pas, il décida de repartir. Mais pas tout seul, voyons. Oui, peut-être qu’au final Jeong Hu a une grande âme. Il embarqua cette fois-ci avec lui, deux belles jeunes filles, leur promettant une bien meilleure nuit ailleurs. Quel charmant jeune homme me direz-vous.

    Mais rassurez-vous les jeunes demoiselles n’iront pas directement dans son lit, non quand même pas. Jeong Hu préféra d’abord les amener dans des endroits bien mieux fréquentés et bien plus classes que là où il les avait rencontrés. Ils marchaient dans la rue doucement, le coréen entourant de ses bras, les hanches de ses deux jolies japonaises du soir. Le trio riait aux éclats dans les grandes avenues chargées de lumière. Ils avaient bu quelques verres chacun, rien de bien grave, ils étaient juste ‘bien’…Bien plus décontracter que tout au long de la journée, oubliant tout leurs soucis – aussi moindres soient-ils pour Jeong.

    Il les draguait, s’amuser sans s’arrêter avec elles, avec les gens en général aussi. Son arrogance était telle qu’il se permettait de jouer avec les gens. Pourquoi s’en priver après tout, si c’est pour son plaisir personnel ? Ce n’est pas lui qui souffrirait après… Il ne leur mentait pas après tout quand Jeong leur disait qu’ils allaient passer la plus belle soirée de leur vie. De chaque êtres passés dans ses bras, aucuns, dans ses souvenirs, ne l’avait contre dit sur ce point. Mais il voyait bien que dans leur yeux, en particulier celles des jeunes demoiselles comme celles présentes, elles espéraient plus qu’un aventure d’un soir. Un peu d’affection pour combler leur cœur, à moins que l’argent du Coréen ne leur suffise, mais Jeong ne se laisserait jamais avoir, c’était lui qui menait le jeu à coup sûr.

    Totalement égaré dans ses paroles, se concentrant pour amadouer avec douceur les belles créatures sans leur faire peur, il regardait à peine la rue, ses yeux plus rivés sur leur décolleté que sur la route. C’est ainsi, et peut-être aussi en partie à cause de l’alcool, que le trio se heurta contre un passant, Jeong lâchant de fait ses deux proies. Il s’écarta vivement de l’intrus, époussetant son costume de marque comme pour s’assurer qu’il n’avait pas été abîmé. Il leva la tête, féroce contre celui qui l’avait bousculé.

    - J’espère que t’es conscient de ce que tu viens de faire là ?...

    Ce n’est qu’à ce moment qu’il reconnu le manteau blanc ainsi que son propriétaire. D’après Jeong, plus personne ne portait une chose pareille décemment à part son professeur de littérature qui semblait vouloir faire de la résistance. Il fut surpris de le voir trainer à cette heure-ci, surtout dans un endroit pareil. Il l’imaginait plus bien au chaud chez lui dès 20h30, lisant un livre tout à fait passionnant sous sa couette que dans un quartier comme Ginza.

    - T’ferais mieux de regarder où tu marches un peu…

    Ce qui était sûr, c’est qu’il ne faisait pas d’exception, même pour son professeur, son impertinence était toujours au rendez-vous que ça plaise ou non.

    - J’savais pas que t’aimais trainer à Ginza aussi tard… J’en apprends des choses dis-donc.

    Après tout cet endroit n’était plus qu’un vaste champ de réunion pour les gosses de riches et cartes platinium.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 29 Nov - 15:07
  
    Après un moment, je finis par ne plus regarder devant moi, je gardais les yeux fixé au sol... je dois dire que Ginza, la nuit, il fallait connaitre au moins une fois mais personnellement je n'aimais pas des masses et j'avais bien hâte d'arriver chez moi. C'était bien loin d'être le genre de lieu où je pouvais être à l'aise... je dirais même que je me sentais d'une autre planète, je l'étais sans doute un peu mais les beuverie et tout ce qui s'ensuivait bah... très peu pour moi.
    Les lumières étaient aveuglantes, agressives, les gens parlaient et riaient fort... et pourtant il n'était pas si tard que ça, je ne comptais même pas le nombre de jeunes - universitaires s'entend - que je croisais alors qu'il y avait cours demain... j'espérais qu'aucun de mes élèves ne se trouvait là, je n'aimais pas avoir à faire des leçons de moral mais malheureusement c'était mon rôle quoi, je n'aurais pas le choix... quel genre de professeur serais-je si je laissais mes élèves faire la fête à s'en rouler sous les tables hein?

    Je soufflai doucement et remontai mon écharpe jusqu'à mon nez pour essayer de me réchauffer un minimum... en revanche les gens autour de moi ne semblait pas s'inquiéter de la température... "l'alcool tient chaud Sea!" était une phrase que j'avais souvent entendu au lycée... mais je n'avais testé la véracité de cette affirmation, j'aurais peut-être dû mais je n'en voyais pas l'intérêt.
    Attendant un gloussement, j'enfonçai un peu plus mon visage dans mon écharpe. Un flot de paroles était débité d'une voix complètement éméchée et qui - j'en avais bien peur - ne m'était pas totalement inconnue. Je voulus éviter les personnes qui arrivaient, mais malheureusement je me butais contre celui du milieu. Le choc passé, je relevai les yeux vers la personne qui semblait hors d'elle.

    - J’espère que t’es conscient de ce que tu viens de faire là ?...

    J'arquai un sourcil. Oh nan c'était bien ma veine... pourquoi fallait-il que je tombe sur CE putain de morveux hein? Remarque... ça ne m'étonnait tout de même pas franchement de lui, et d'ailleurs, en y repensant, on m'avait prévenu de son comportement, et on m'avait dit de ne pas faire attention à lui. J'avais été surpris - choqué? - que des profs disent ça d'un élève, mais en lisant son dossier j'avais vite compris, et vite décidé de faire pareil tant qu'il ne me cherchait pas de problème... et cela avait admirablement marché... enfin jusqu'à ce soir.

    - T’ferais mieux de regarder où tu marches un peu…

    Il m'avait reconnu, ah je le savais rien qu'à sa façon de me regarder. Que je sois un prof lui était bien égal, je ne valais pas mieux que les autres, ne? Mais je me fichais bien de ce qu'il pouvait penser de moi, mais là avais-je le choix de laisser passer son comportement? De plus, on était en dehors de l'université je pouvais bien lui répondre dans les dents si ça me chantait, personne ne serait là pour s'en apercevoir ni me demander de rendre des comptes. Sale gosse de riche... je soupirai doucement, je ne devais pas m'énerver, je n'aimais pas ça et n'arrangerait rien.

    - J’savais pas que t’aimais trainer à Ginza aussi tard… J’en apprends des choses dis-donc.

    Un léger rictus prit place sur mes lèvres et je secouai doucement la tête. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire de toute façon que je sois là ou pas? Nous n'en reparlerons pas - nous ne nous reparlerons pas serait plus juste en fait - quand nous nous reverrions alors à quoi bon s'attarder... cependant je ne pouvais m'empêcher de vouloir lui remettre les idées en place - ou du moins essayer -, et je ne savais pas vraiment pourquoi.

    - Non, je ne "traîne" pas...

    Non mais et puis quoi encore? J'étais un prof, j'étais bien sous toute couture - du moins j'essayais - alors je n'avais rien à faire dans un lieu de ce genre, rien ne m'y attirait si ce n'était le chemin pour mon appartement. Je repoussai légèrement mon écharpe et mon regard se posa un quart de seconde sur l'une des deux donzelles qui accompagné le morveux. Elle aussi me regardait, mais avec insistance, si bien que j'avais presque envie de lui dire qu'il n'y avait aucun moyen pour que je sois intéressé par une pouf dans son genre.

    - Et toi non plus tu ne devrais pas, ajoutai-je en regardant à nouveau le gamin dans son costume de grande marque, t'as beau être un gosse de riche t'es encore mineur que je sache...

    Je me fichais bien qu'il me rie au nez, qu'il me dise que ce n'était pas mes affaires ou quoi que ce soit d'autre, ce n'était pas ça qui me déstabiliserait... j'avais connu pire hein, j'allais pas m'écraser devant un gamin dans son genre... Il pensait être mieux que tout le monde, que chacun devait être à ses pieds, à ses ordres, je lui prouverais que c'était faux, qu'il y avait de règles et qu'il serait bien obligé de s'y plier à un moment ou à un autre...



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 29 Nov - 16:59
  
    Jeong Hu s’assura une dernière fois que la collision n’avait rien abîmé chez lui. Apparemment non, son costume était impeccable, de même pour ses chaussures et son précieux visage n’avait pas été touché. Dommage d’ailleurs, cela lui aurait fait une raison de plus pour une vouloir à ce pauvre petit Sea Hyung.

    - Non, je ne "traîne" pas...


    Il leva de nouveau la tête, étonné que celui-ci lui réponde, toujours cet air dédaigneux affiché sur son visage. Le peu de gens qui avaient osé le bousculer préféraient ne rien dire, et si se fut le cas, il ne donnait alors pas cher de leur peau. On évitait toujours soigneusement de froisser de quelconques manières que se soit le richissime jeune homme, et visiblement le professeur fraichement arrivé de Corée n’était pas encore au courant. Jeong Hu sourit à cette idée, il semblait que l’autre n’avait pas encore bien assimilé toute les règles du jeu.

    Il avait pourtant compris cela à l’université, il ne s’occupait pas de Jeong, il ne lui adressait pas la parole, à peine s’il le regardait, et c’était tant mieux à vrai dire. Les responsables de l’établissement avaient dû le prévenir sur le cas ‘Park’. "Il n’était là que par l’argent de ses parents, ce ne l’intéresse pas, vous ne l’intéressez pas alors ne prêtez pas attention à ce garnement", oh oui, Jeong imaginait parfaitement le petit gassouillé qui leur servait de proviseur dire ça derrière sa moustache grisonnante à chaque nouveaux arrivants. Rien que d’y penser cette image le faisait rire, non, vraiment c’était trop facile de nos jours de se faire respecter, ou plutôt de se faire craindre. Alors maintenant, il suffisait de faire comprendre à l’enseignant que ces principes étaient autant valables à Todaï qu’en dehors.

    - Et toi non plus tu ne devrais pas, t'as beau être un gosse de riche t'es encore mineur que je sache...

    Jeong Hu étouffa un semblant de rire face à ces pseudos conseils ; il était qui pour lui dire ça ? Il le toisa du regard de haut en bas, analysant chaque partie de son corps derrière ses vêtements chauds, puis remonta ses yeux sur son visage fin. Non, il n’était vraiment personne, juste son nouveau professeur de langue, mais cela revenait au même. Il s’avança vers lui doucement un sourire carnassier affiché sur ses lèvres et s’arrêta juste à sa hauteur.

    - Pas de chance pour toi… Ici, quand on est un gosse de riche ont est Toujours majeur.

    C’était l’une des premières choses qu’il avait remarqué lorsqu’il était rentré dans ce monde. Plus vous avez d’argent, mieux on se comporte avec vous, pratique n’est-ce pas ? Il avait suffis que l’on sache à quelle famille il appartenait et toute les portes se trouvèrent ouvertes devant lui. Il avait le droit de rentrer partout, de boire et de fumer ce qu’il voulait sans que personnes ne lui dise rien. Bien sûr cela se jouait un peu, beaucoup, sur son physique également. Vous croyez vraiment qu’ils laisseraient à leur serveur apporter des cocktails plus que douteux à un pauvre petit gringalet boutonneux ? Et oui, ca marche comme ca ici, au physique. Et heureusement pour lui Jeong avait été plutôt bien servi par la nature.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 29 Nov - 17:53
  
    Il étouffa un rire, prévisible. Puis son regard me fixa de haut en bas, me mettant un peu mal à l'aise. Qu'est-ce qu'il avait à me regarder comme ça cet abruti? J'étais qu'un petit prof moi oui et alors? J'avais pas tout ce que je voulais à l'instant où j'en faisais la demande, j'étais pas un sale mioche qui se croyait mieux que les autres moi! Mais et alors? Je n'avais jamais rien envié à personne, tout ce que j'avais, j'avais travaillé dur pour pouvoir me l'offrir et j'en étais fier.
    Il s'avança finalement vers moi, un sourire que je n'aimais pas sur les lèvres. Il se planta devant moi, si bien que je fus obligé de lever légèrement la tête. Tss en plus de ça il était plus grand que moi! Pas de beaucoup, mais c'était sans doute suffisant pour lui.

    - Pas de chance pour toi… Ici, quand on est un gosse de riche on est Toujours majeur.

    J'arquai un sourcil. Eh oui, l'argent, encore l'argent, toujours l'argent... à quoi que ce mec ne jurait que par ça, arf au fond c'était sûrement le cas. Mais là c'était plutôt "pas de chance" pour lui je dois dire. Qu'il continue de vivre ainsi, mais il finirait par déchanter c'était certain et la chute serait douloureuse.. pas que je lui souhaite de souffrir, je n'étais pas comme ça, mais il fallait qu'il ait une bonne leçon tout de même.
    Je roulais des yeux blasés en soupirant légèrement, comme si ce qu'il venait de dire était la plus ennuyeuse des choses, et que je m'en fichais.

    - Sans doute... Mais apparemment il est aussi évident que la maturité et la raison ne s'achètent pas...

    Je souris à nouveau. Et sans papa-maman il ne serait pas prétentieux quoique... Je supposais - sans doute à raison-, qu'il faisait partie de ce genre de personne qui même en étant dans une famille modeste serait pompeux et capricieux. Le genre qu'on ne supportait pas et dont personne ne ce souciait. Ainsi je ne comprenais pas comment tant de monde pouvait s'intéresser à lui... ça ne lui donnait qu'une importance qu'il ne méritait pas après tout...

    - Il y a beaucoup de choses qui ne s'achètent pas... tu t'en rendras compte quand tu seras un grand garçon...

    Je jetai à nouveau un coup d'oeil vers les deux filles qui semblaient un peu choquées par mes paroles, et il avait beau me toiser, il ne m'impressionnait en rien... on ne jouait pas sur le même terrain certes, mais le mien était plus difficile et j'avais toujours réussi à m'en sortir...



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Lun 30 Nov - 19:01
  
    Le professeur arqua un sourcil, visiblement les paroles de Jeong n’avait pas l’air de l’intéresser, ou du moins elles semblaient l’exaspérer. Et ceci s’accentua encore plus lorsqu’il souffla, cette espèce de faux détachement avait le don d’énerver le jeune homme. Si Sea Hyung se fichait éperdument de ce qu’il disait, qu’il se casse, au moins ils n’auraient pas à continuer cette petite discussion totalement inutile. Comme si après tout, le fait que son prof’ de littérature l’ai bousculé allait changer sa vie. Il aurait pu juste reconnaitre son élève et partir mais non, il a fallu qu’il réplique, il ne pouvait pas juste s’en tenir au plan prévu ? Il le fait pourtant si bien pendant ces longes et ennuyeuses heurs de cours.

    - Sans doute... Mais apparemment il est aussi évident que la maturité et la raison ne s'achètent pas...

    Les gens s’attardent parfois trop sur ce qui ne les concerne pas, parfois c’est pour se donner bonne conscience - on est libre de traiter sa conscience comme on le souhaite, ma foi – ou sinon c’est un besoin irrémédiable de faire le bien autour de soi. Il ne savait pas encore bien à quelle catégorie appartenait celui-ci. La première implique que l’on a fait quelques petites choses, plus ou moins graves, que l’on se doit d’oublier en donnant de bons conseils, il penchait donc plutôt pour la seconde. Oui, il voyait plus son professeur comme un de ces êtres typiquement bons, conscient du mal profond de l’humanité, et prêt à tout pour le faire reculer. Il paraissait horriblement trop parfait pour avoir fait quoi que se soit de mal dans sa vie. C’est marrant, à y réfléchir Jeong trouvait qu’il lui semblait comme son exact opposé.

    A y réfléchir, ce genre de remarques moralisatrices sur son comportement ne touchait même plus Jeong. Il avait failli se faire avoir une fois par ses parents, puis deux, et finalement toute trace de conscience avait disparu en lui. La maturité et la raison ne l’inquiétait pas vraiment, pas plus que toute ses choses immatérielles comme la compassion, la remise en question de soi, ou même pire, l’amour.

    - Il y a beaucoup de choses qui ne s'achètent pas... tu t'en rendras compte quand tu seras un grand garçon...

    Jeong souffla légèrement, voila maintenant que c’était lui que s’exaspéré. Vraiment, ce professeur n’avait pas compris. Toutes ces choses qui ne s’achètent pas, comme il le dit si bien, n’intéressaient pas le jeune homme. Lui, il lui fallait juste se une bonne dose d’adrénaline, de nicotine, de frissons et surtout beaucoup de corps à corps, tout cela s’achetait, se négociait, pouvait se payer - Quand bien même il l’avait gratuitement en claquant des doigts.

    Sa dernière phrase le fit sourire, ‘un grand garçon’… Il ne pensait pas à son avenir à vrai dire, ou alors si, il y pensait parfois, on se disant que ce n’était pas encore l’heure d’y réfléchir. Jeong où l’art de repousser certaines choses peu utiles au lendemain. Alors évidemment il fallait toujours qu’il y ait des bon samaritain pour y penser à sa place, ses parents, les conseillers d’orientation, et maintenant son prof’ de littérature, la vie qu’il mènerait plus tard les intéressait tant que ca ?

    - T’es vraiment du genre a te soucier de c’qui te regarde pas, hein ?... Retourne dans tes livres, tu te rendras compte qu’y’a autre chose à faire dans une vie quand tu seras plus grand…

    Jeong lui adressa une tape sur la tête, un sourire mesquin sur ses lèvres, pour lui souligner encore une fois sa petite taille. Un dernier regard dédaigneux envers son professeur et il fit un signe de la tête aux deux donzelles qui attendaient derrière, toujours en retrait. Il continua doucement son chemin sans plus se soucier de l’autre Coréen, et les demoiselles accoururent vers lui. Elles étaient bien belles, et sûrement au lit aussi, mais elles ne valaient pas mieux qu’un chien, au moins l’animal pouvait se rebeller, lui…



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Lun 30 Nov - 20:16
  
    Il souffla et je réprimai un sourire. Apparemment j'avais réussi mon petit effet, je n'étais plus le seul à être énervé. Mais j'espérais tout de même que la 'conversation' allait s'écourter sinon je n'allais pas pouvoir contenir la colère qui commençait, malgré moi, à m'envahir. Il sourit, ce qui ne fit qu'amplifier cette colère, j'allais probablement partir à présent... tant pis s'il se disait alors que je n'étais qu'un poltron, je n'avais rien à lui prouver après tout, de plus ça ne changerait rien à ma vie qu'il m'apprécie ou non... était-il d'ailleurs capable d'apprécier qui que ce soit hein? J'en doutais, mais encore une fois, je m'en fichais. C'était sa vie pas la mienne, et il faudrait me payer cher pour que je discute une nouvelle fois avec lui.
    Sa voix me sortit néanmoins de mes pensées.

    - T’es vraiment du genre a te soucier de c’qui te regarde pas, hein ?... Retourne dans tes livres, tu te rendras compte qu’y’a autre chose à faire dans une vie quand tu seras plus grand…

    Ce disant, il me donna une petite tape sur la tête et je me sentis bouillir de rage. Essayant de ne rien laisser paraitre, j'encaissai son sourire mesquin comme une chose dont il se mordrait les doigts plus tard. Non mais quoi!? Il faisait quoi, trois? quatre centimètres de plus que moi? Ce morveux... avorton...
    Je m'efforçai de garder mon calme légendaire. Je me mettais rarement en colère, ce n'était quand même pas à cause de lui que ça allait commencer hein! De plus, cela lui ferait sans doute trop plaisir de voir que ses paroles m'atteignaient... oh et puis non, ce n'était pas le cas! C'était son égocentrisme et arrogance qui me mettaient hors de moi, rien de plus.

    Il me lança un dernier regard dédaigneux avant de commencer à partir, non sans avoir fait signe aux poufs qui étaient avec lui de le suivre, ce qu'elles firent aussitôt. Je levai les yeux au ciel, comment pouvait-on obéir de cette manière? Avaient-elles la moindre dignité? Savaient-elles au moins ce que ce mot signifiait? J'avais bien peur que non...
    Sans attendre plus longtemps, je me remis moi aussi en route vers chez moi. C'était quand même ce pourquoi à la base j'étais passé par là alors j'allais simplement reprendre mon chemin, comme si je ne l'avais pas croisé, comme si ce mioche ne m'avait pas pris de haut, comme si je me fichais totalement de son existence..."comme si" exactement, parce que je savais très bien que malgré tout j'allais avoir un oeil sur lui. Je pouvais pas le laisser se perdre de cette manière, même si lui semblait adorer cela, il finirait par voir que tout n'est pas rose même lorsqu'on avait de l'argent. La vie ne marchait pas comme ça, non elle était bien plus cruelle que ça.

    Là, pour le coup, je me maudissais d'être ce genre de personne. Pourquoi devais-je toujours m'inquiéter pour les gens? Même les pires qui puissent être hein? Mais c'était qu'un gamin, et il était trop sûr de lui... voilà pourquoi je pouvais pas le laisser de côté. Hum non... j'arriverais probablement à ne plus penser à lui, il allait simplement redevenir ce petit con d'élève qui ne suivait pas en cours et dont je ne relevais la présence qu'en début de cours parce qu'il le fallait bien... voilà, ce serait très bien comme ça.



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Lun 7 Déc - 20:54
  
    Jeong Hu était énervé, même les jeunes filles qui l’accompagnaient s’en doutaient. Ce n’était même plus le fait qu’on l’ait bousculé. Ça aurait pu être ça, certes, mais non c’était que se soit professeur qui l’ait fait. Quel fouineur celui-là alors, il n’aurait pas juste pu passer son chemin ? S’excuser platement comme tous les autres et partir la tête baissée ? Non, il fallait qu’il se la ramène, fasse son intéressant ? Qui lui avait mis ça dans sa p’tite tête d’intello ? D’accord, ce n’était pas le seul à lui faire ce genre de remarque, quoi que… à y réfléchir peut-être que si, tout les autres avaient abandonnés au final face à l’entêtement du coréen. Malgré tout il avait l’intuition qu’il ne tarderait à baisser les bras lui aussi. Il suffisait que Jeong y mette un peu du sien et lui fasse comprendre que ce qu'il tentait ou tenterait de faire serait peine perdu. A moins qu'il ne l'ai déjà compris, au moins cela lui ferait du travail en moins.

    Le Coréen ruminait encore dans son coin cette rencontre hasardeuse et en laissait totalement tomber ses demoiselles d'un soir. Enfin, laisser tomber... tout est relatif. Disons qu'en apparence il leur accordait encore toute son attention. Un bras autour des hanches, un sourire ravageur, il en fallait peu pour les garder sous son aile après tout. Mais au final Jeong savait qu'il allait tout bonnement et simplement les abandonner une fois rentrer dans le tout dernier club prisé de la jeunesse dorée. Elles auraient eu une partie de ce qu'elle voulaient quand bien même elle ne se retrouveront pas dans les plus beaux draps de la ville une fois la fête finie. Avec toute les filles qui pouvaient se ruer dans sa chambre en un claquement de doigt seulement, ce n'était pas lui qui aillait se sentir vexé de ne pas satisfaire ses envies sexuelles pour une nuit, je peux vous l'assurer.

    Tout se passa comme prévu, il contourna la longue file d'attente et se posta devant les videurs à l'entrée. Il leur accorda à peine un regard et désigna ses 'amies' du menton pour leur faire comprendre qu'elles rentreraient elles aussi. Il poussa la porte du nightclub tout sourire en entendant quelques personnes, surement là depuis de longues minutes, se plaindre de le voir rentrer avant tout le monde. Vraiment, c'était jouissif d'avoir un statut privilégié. Les dernières musiques à la mode retentissait dans tout le club, l'endroit avait été décoré et aménagé spécialement pour l'occasion et une foule de gens tous plus snob les un que les autres se partageaient la piste de danse, les canapés blancs et le bar design avec hypocrisie,. En somme, la soirée promettait d'être excellente et les deux invités le comprirent bien vite en allant faire chauffer la piste de danse de leur courte jupe. Mais Jeong n'en profiterait pas, pas avec l'idée de cette désagréable rencontre quelques minutes auparavant. Après un passage obligé auprès de certaines personnes, quelques bises insidieuses et blagues plus ou moins fines cachées derrière son fameux sourire, il entreprit de sortir d'ici. Ce qu'il fit de manière assez discrète avouons-le, par la porte de derrière, comme chaque fois qu'il devait s'échapper furtivement.

    Il atterrit dans une petite ruelle sombre et s'alluma une cigarette pour se détendre. Il n'avait pas vraiment envie de revoir toute les lumières et les décorations de la ville. Il voulait juste rentrer chez lui tranquillement, pour une fois. Et ce genre de pensées le choquait lui-même. Que lui arrivait-il ? Penser ça ? Lui qui vivait uniquement la nuit ? Tirant nerveusement sur sa cigarette il avançait dans les rues peu fréquentées du quartier. Il y a encore une demi-heure il ne pensait qu'à faire la fête, et le voila maintenant, prêt à rentrer chez lui... Si ça se répétait, il restait persuadé que personne ne le croirait. Il continua de marcher tranquillement pendant quelques minutes, et se surprit de penser encore à son professeur. C'est dingue ça, pourquoi ce petit être fouineur et moralisateur occupait encore son esprit. Il ne mériterait même pas qu'on s'attarde sur lui. Jeong souffla péniblement et aspira une dernière bouffé de tabac, jetant sa cigarette au sol.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Lun 7 Déc - 22:31
  
    J'avais décidé de ne plus y penser... et évidemment, c'était toujours quand on s'obstinait à éviter de penser à quelque chose que c'était la seule pensée qui nous torturait. Pourtant, à quoi cela me servirait-il de me rappeler les paroles qu'il m'avait lancé? A m'énerver, rien de plus, et je détestais m'énerver... ce n'était pas dans mon caractère, je n'aimais pas me laisser aller car lorsqu'on était en colère, on ne contrôlait plus rien... ni ses actes, ni ses paroles, ni ses réactions... sauf que je m'exhortais à toujours garder le contrôle de moi, la colère était donc peu compatible avec mon caractère...
    Mais alors pourquoi fallait-il que ce sale môme réussisse à me mettre hors de moi!? Je crois que je n'avais jamais rencontré quelqu'un d'aussi diamétralement opposé à moi... et pour ça, je ne devais plus lui porter attention... et de toute façon ce n'était sans doute pas lui qui viendrait se rappeler à mon bon souvenir. Il fallait juste que je continue de l'ignorer, de suivre les conseils des autres profs - indignes - et du directeur.

    Je passai une main sur mon visage et regardai autour de moi, me rendant finalement compte qu'il y avait un moment que je n'avais plus entendu de bruit de voiture, ni de rires, gloussements ou cris. Je m'arrêtai net, les lumières avaient aussi vachement changé d'allure. C'était plutôt... lugubre ici d'ailleurs. Les pauvres réverbères qui longé la... route -?-, diffusaient une lumière orangée et vacillante. Ils ne tiendraient sans doute plus longtemps avant de s'éteindre.
    Je ne devais plus tellement être dans Ginza alors, ou alors c'était ce qu'on pourrait appeler les "bas-fonds" du beau quartier. Mais bon, peu m'importait puisque ça ne me disait pas précisément où je me trouvais, ni par où je devais passer pour arriver enfin chez moi. Je dois dire que je n'étais d'ailleurs pas très rassuré. Je soupirai et recommençai à marcher. Je retomberais bien sur un endroit fréquenté, ou sur des personnes qui pourraient m'indiquer mon chemin.

    Je continuai donc de marcher pendant plusieurs minutes avant de repérer des ombres au bout de la rue où je me trouvai. Peu soucieux, je soupirai de soulagement et repris mon chemin, me rapprochant des personnes qui me semblaient de moins en moins engageantes. C'était des silhouettes masculines et ils finirent par se tourner vers moi alors que je me trouvais à une dizaine de mètres d'eux. La faible lumière du lampadaire près d'eux me suffit à voir le sourire qu'affichait l'un d'eux. Puis un rire me parvint. Décidément, j'étais trop insouciant, et ça tournait presque au suicide... Alors, comme si de rien n'était je tournai à la première ruelle qui se trouva sur ma gauche. Je priai quelques instants pour qu'il ne s'agisse pas d'un cul-de-sac... en fait j'arrêtai de prier lorsque je vis le déboucher qui donnait sur une autre rue. Certes, elle ne semblait pas plus sécurisante que celle que je venais de quitter... mais si au moins elle était déserte ça ferait mon affaire. Une fois au bout, je m'appuyai contre le mur pour souffler un instant, et surtout m'assurer qu'ils ne m'avaient pas suivi. Mais non... j'avais eu de la chance.

    Je regardai à nouveau autour de moi, essayant de repérer un panneau de direction... mais il n'y avait toujours rien... ou alors il faisait trop sombre pour que mes yeux pour apercevoir quoique ce soit... Je devais faire avec, tirer à pile ou face et croiser les doigts pour que le chemin que je choisirais soit le bon. Je me remis donc à marcher, regardant une fois encore l'heure : 23h30... cela faisait une heure que j'étais parti de l'université, et je commençai un peu à angoisser. J'étais là depuis peu... je ne pouvais donc pas m'amuser à aller n'importe où... pourquoi n'avais-je pas de carte sur moi? Je m'en fichais de faire touriste après tout, au moins ça me serait pas arrivé.
    Je soupirai et voulu replacer mon écharpe parce que j'étais frigorifié en plus de ça... mais elle s'envola et se posa par terre, quelques mètres plus loin. Ah c'était malin... j'allai donc la chercher pour ne pas prendre le risque qu'elle ne s'envole plus loin. Mais je ne me rendis pas compte de l'endroit où je venais de m'arrêter... ce ne fut qu'en entendant un bruit de moteur que je tournai la tête pour voir une voiture arriver à tout allure sur moi... les phares ne brillaient presque pas... le conducteur ne m'avait probablement pas vu, et je n'eus pas le temps de bouger pour l'éviter.

    Elle me percuta de plein fouet, frappant mon ventre, provocant une violente douleur, telle une incision de l'intérieur... et j'eus vaguement l'impression de passer par-dessus le capot de la voiture. Une douleur sur ma tempe me fit savoir que ma tête avait frappé le pare-brise et je me retrouvai à nouveau sur le bitume noir et froid... les mains posées au sol, j'essayai de me redresser mais je sentis du sang remonter dans ma gorge, et il envahit ma bouche avant de couler le long de mon menton... la douleur ne me quittait pas, battant mes tempes inlassablement, et de plus en plus fort jusqu'à m'assourdir. Il n'y avait plus aucun bruit autour de moi, signe que la voiture avait préféré partir plutôt que d'affronter ce qui venait d'arriver. Mon coeur battait de plus en plus lentement tandis que je me sentais me refroidir...
    Alors voilà, c'était ça qu'on appelait la mort? La douleur se fit plus intense au niveau de mon abdomen et je vomis à nouveau le sang qui envahissait mon corps. Je reposai ma joue sur le bitume, il me paraissait maintenant chaud... Un léger sourire se glissa sur mes lèvres alors que des larmes roulaient sur mon visage... j'avais si mal, mal de n'avoir pas pu terminer ce que j'avais entrepris... mal d'avoir été assez idiot pour me perdre... et je mourrais seul, misérable...
    ...
    .......
    Une lumière blanche se matérialisa derrière mes paupières désormais closes.



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Ven 11 Déc - 22:55
  
    Si vous voulez tout savoir Jeong est du genre à connaître du monde, beaucoup de monde ; et même s’il ne vous connait pas, vous êtes obligé de le connaître. Alors au final cela revient un peu au même, il rencontrera toujours quelques groupes de personnes, qu’il a déjà vu à quelques soirées que se soit, en train de traîner sur les grandes avenues. Au mieux il devra présenter quelques politesses « Bonjour. Ca va ? Oui et toi ?... » et repartir aussitôt ; au pire il devrait subir une folle discussion sur les derniers endroits à la mode et les soirées où il faudrait, apparemment, impérativement se rendre. Et là il n’était pas vraiment en état de se coltiner le pire, les gens étaient d’une lourdeur parfois… Ils ne s’en rendaient même pas compte, un peu comme ce foutu professeur. Et ceci constitue sûrement la raison la plus importante pour que l’envie de passer par les quartiers huppés de la ville ne lui vienne toujours pas.

    Jeong continua son chemin paisiblement entre les rues mal éclairées. Il passait rarement par ici, tout comme la plupart des gens sûrement, d’ailleurs à y réfléchir personne ne devait y passer à part ceux qui habitent ici, et encore, ils devaient se sentir obliger d’y venir pour rentrer chez eux. Comme quoi rien ne vaut un beau manoir luxueux sur les bords de la ville, non ? Pas de mauvaises rencontres, pas d’endroits sombres, du moins si vous ne vous y perdez pas. Entre les appartements privés de monsieur et l’immense piscine intérieure, tout n’est que luxe et dernier cri chez le Coréen - il leva la tête vers les immeubles qui l’entouraient – pas comme ici en tout cas.

    Il sortit son portable de la poche de sa veste : 23h20 et 7 appels manqués. Tous de jeunes gens qu’il avait rencontré en soirée, ils voulaient savoir où il se trouvait. Pour ceux avec qui il avait bu sans doute pour remettre ca ; et pour ceux qui étaient déjà passés dans son lit, certainement pour s’offrir une seconde nuit, c’était beau de rêver après tout. Ca l’amusait de voir tout ce monde l’appeler pour prendre de ses nouvelles et tenter de s’offrir ce dont ils avaient envie, certaines personnes ne pouvait à présent plus se passer de lui. Ces pauvres Maki et Asuka, il ne savait pas grand-chose d’elles si ce n’est que leur mari souvent absent leur avait donné un furieux penchant pour l’alcool, généralement c’était toujours un plaisir de les retrouver pour faire la fête. Et encore plus avec ce jeune Yusuke, si vous voulez son avis ; ce petit a de l’avenir, toujours partant pour à peu près tout, c’est l’un des rares a avoir atterrit dans les draps de Jeong plusieurs fois. Mais ce n’était pas ce genre de choses qui l’attendrissait vraiment – si une chose dans ce monde pouvait bien l’attendrir – et il effaça tout les appels sans ménagements, ca ne servait à rien que cela encombre son téléphone et le rangea.

    Jeong Hu sembla alors apercevoir quelque chose en levant la tête de la poche de sa veste. La forme paraissait avachie en plein milieu de la route, mais il était difficile pour lui d’y voir plus clairement avec ces pauvres lumières orangées. Il songea d’abord à un animal abandonné, un chien ou un chat, bon d’accord, un gros chat. Il soupira en se rendant compte qu’il allait devoir passer devant lui, il espérait juste que la chose ne se mette pas à aboyer ou à lui courir après. Il n’était vraiment pas d’humeur pour ce genre de petit jeu, d’ailleurs il n’avait jamais réellement apprécié les animaux, il fallait leur montrer de l’affection après tout et jouer les hypocrites avec une boule de poils haletante et baveuse ce n’était pas trop son truc.

    Il s’approchait de plus en plus de ce qu’il avait pris pour un animal et resta figé en se rendant compte de son erreur. Les quelques secondes de surprises passées, il se précipita vivement contre le corps inanimé. Ce n’était pas n’importe quel homme, c’était son professeur ! Allongé, froid, ensanglanté et totalement défiguré… Il se retint alors de vomir en voyant ce spectacle. Du sang s’écoulait tout autour de l’endroit où le corps était disposé, sa bouche, son menton et tout son cou en était couvert. Jeong se retourna vivement pour s’empêcher de regarder encore une fois ce massacre. Il en avait vu des choses dans sa vie, des choses illégales, honteuses ou dégueulasses mais aucunes d’entre elles ne lui avait fait ressentir ce sentiment d’horreur. Sea en était presque méconnaissable, le Coréen se demanda comment il avait pu affirmer l’identité de cette personne. Aussi bien il s’était trompé mais refusait obstinément d’y jeter à nouveau un coup d’œil. Sans plus attendre il sortit une seconde fois son portable de sa pocher et commença tout tremblant le numéro des urgences. Une jeune femme lui répondit et Jeong lui indiqua le plus vite possible le nom de la rue, l’endroit, le quartier, et même la ville sous l’effet de la panique. Elle lui dit doucement de se calmer. Ca se voyait qu’elle n’avait jamais vu une chose pareille de sa vie ! Assise derrière son écran d’ordinateur ! Il manqua dans l’envoyer valser avec ses manies délicates et snob, ne comprenait-elle pas la gravité de la situation ?! Son professeur ! Mort ! Totalement ensanglanté sur la route d’un quartier de bas-fond.

    Il manqua à nouveau de vomir en repensant à la scène qui se trouvait derrière lui. Son professeur n’était peut-être pas le meilleur mais il n’aurait jamais mérité ça. Que s’était-il passé ? Un accident ? Oui surement… Mais personne n’était autour avant qu’il n’arrive. On l’avait donc laissé crever sur le goudron glacé ? Jeong ferma violement son portable après que la réceptionniste lui ai assuré que les secours arrivé. L’envie violente de s’assurer de cette macabre présence derrière lui était bien là, mais il se fit violence, il ne tenait pas à en voir plus.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Sam 12 Déc - 0:05
  
    La lumière irradiait d'une douce chaleur qui me paraissait presque transcendante en comparaison avec mon corps froid. Elle éveilla une sensation de réconfort et de bien-être au plus profond de mon âme qui me donnait l'impression de quitter lentement son enveloppe charnelle. Mais, ce n'était pas qu'une impression puisque j'étais en train de mourir. Voilà, j'allais enfin découvrir la réponse à la question que tout le monde se poser, que l'Humanité se posait depuis son tout début... Y avait-il une vie après la mort? Les âmes étaient envoyées dans une sorte de Paradis pour y rester jusqu'à la fin des temps? A l'abri de la tristesse, de la souffrance et de toutes les mauvaises choses que l'Humanité avait créé?

    Non, je n'avais aucune crainte de finir en Enfer... je n'avais rien fait de vraiment mal dans ma vie - pour ne pas dire rien du tout -. A part peut-être le fait d'être gay et de l'avoir toujours caché à mes parents... mais au fond, avais-je vraiment le choix? Je savais que c'était la seule chose qui pourrait vraiment les blesser, et j'aimais mes parents... et puis au final, maintenant ils auront plus de moyen de le savoir... à moins que certains de mes anciens amants ne décident de venir à mes funérailles. Au pire, je ne voyais pas pourquoi ils seraient en colère contre moi à cause de ça alors que j'étais mort, ils étaient peut-être de la vieille école mais tout de même, y avait des limites.

    Un léger vent se mit à souffler sur moi, et je sus aussitôt qu'il ne s'agissait pas du simple vent qui se répandait dans la ruelle. C'était comme... surnaturel. Comme s'il essayait de forcer mon âme à redescendre, à revenir dans mon corps, comme s'il repoussait la vie en moi. C'était absurde, pourquoi revivrais-je? C'était impossible et il n'y avait pas de raison que j'aie une seconde chance.
    Je n'avais certes pas fait grand chose de ma vie, mais je n'avais rien que je devais réparer et à part ma carrière, ma vie était plutôt vide... vide de tout... vide de vie, vide de sentiments, vide de sens... je ne vivais pour rien si ce n'était mon travail... je n'avais pas d'intérêt pour autre chose, j'essayais... oui c'était ça, j'avais essayé d'être parfait. Sans vraiment m'en rendre compte je pense, mais je voulais prouver que même venant d'où j'étais né, avec une famille qui n'avait pas tellement les moyens de m'offrir tout ce dont j'avais envie, je pouvais réussir aussi bien que tout ces fils de riche qui ne survivaient que grâce à l'argent de papa.

    Doucement et presque douloureusement, mes paupières se soulevèrent. Je me sentais las, où est-ce que j'étais? Une seconde me fut nécessaire pour que je me rende compte que je n'avais pas bougé, que j'étais toujours étendu sur le bitume... qui était redevenu froid alors que mon corps commençait à retrouver sa chaleur. Hein mais quoi... qu'est-ce qui m'était arrivé? Avais-je rêvé? Non c'était impossible. Je portais une main jusqu'à mon front, où ma tempe avait frappé la vitre. En regardant ensuite ma main, je me rendis compte que du sang maculait légèrement mes doigts... mais moins abondamment que tout à l'heure. Je reposai ma main par terre et pris appui dessus pour me redresser, mais je ne pris pas de risque et m'assis simplement sur le sol... je m'observai.
    Mon manteau était couvert de sang et le reste de mes vêtements aussi... pourtant mon visage - en dehors de ma tempe et de ma joue - n'était plus ensanglanté, je le sentais... J'avais un peu de mal à respirer, comme si je m'étais pris une barre sur le torse, mais à part ça, rien de bien grave. J'inspirai doucement et un léger gémissement de douleur m'échappa.

    Je levai finalement les yeux devant moi, et il y avait une silhouette. Bien qu'elle soit à plusieurs mètres de moi, et dans la pénombre, je n'eus aucun mal à la reconnaitre... comme si c'était la seule personne qui restait dans mon esprit, comme si rien n'était plus important qu'elle. Brusqment, je sentis quelque chose dans mon dos et en regardant par dessus mon épaule, j'aperçus deux grandes ailes d'un blanc immaculé. J'ouvris la bouche mais aucun son ne sortit, elles disparurent et un flot d'images me vint en tête... m'expliquant tout ce que je devais savoir sur ce que j'étais devenu, sur ce pour quoi on m'avait 'tué', sur la personne que je devais... 'protéger'? Une âme qui appelait la mienne comme si elles ne faisaient qu'une, mais sans en avoir réellement conscience. Moi je le savais, seul moi le savais...

    - Jeong hu?

    Parce que oui c'était lui, Jeong Hu mon élève à l'université... qu'est-ce qu'il faisait là? Dans une ruelle sombre en pleine nuit? Il s'était perd... non, ce n'était même pas la peine d'aller au bout de ma pensée, c'était impossible que ce gamin prétentieux se soit perdu... il y avait que moi pour faire ça hein... Eh oui c'était toujours un gamin prétentieux, un gosse de riche... ce gosse de riche qui ne pouvait pas me sentir et que moi non plus je ne supportais pas... ce gosse qui avait une vie pas vraiment exemplaire... c'était lui que je devais 'protéger', que je devais 'remettre sur le droit chemin'... eh bah bonjour la galère!



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 50
Age : 27
Localisation : Le dernier nightclub branché de Tokyo.
Humeur : Amusé.

Feuille de personnage
Statut :: Libertin
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 13 Déc - 20:08
  
    Comment en était-il arrivé là, sérieusement ? Juste une soirée comme une autre, qui avait débuté plutôt bien. Une fête superbe en perspective, deux jolies filles toute dociles à mettre sous ses draps, beaucoup d’alcools et quelques cocktails déconseillés, voila tout ce qui lui fallait pour se sentir bien. Et juste cette pauvre petite rencontre hasardeuse, ce minuscule et insignifiant incident, était venu tout bouleverser. Même si cela arrivait parfois, pourquoi cette fois-ci, et particulièrement CETTE fois-ci avec SON professeur, cela avait-il tourné au cauchemar ? D’accord il ne l’appréciait pas particulièrement, mais il ne le détestait pas non plus à vrai dire. Il avait juste le même statut que les autres, avec la petite icône « Prof Chiant D’Or » en haut à gauche en plus, certes, mais ça s’arrêtait là.

    Jamais il n’aurait souhaité le voir mourir. Le voir ainsi étendu contre le sol, baignant dans le sang, renversé par il ne sait quoi. Sûrement une voiture, de toute manière rien d’autre ne devait passer par ici. Mais il était pourtant seul, personne n’était venu l’aider, ou même ne l’avait vu. L’automobiliste avait sûrement pris la fuite. Un peu à la manière de Jeong Hu, dès qu’il y a un problème il faut mieux fuir pour en éviter d’autres, ce n’était pas très honorable mais ça avait parfois le mérite de fonctionner.

    Il restait figé, le portable dans sa main droite. Devait-il attendre que les secours arrivent ? Oui, sûrement. Mais il devrait s’expliquer, ne croiraient-ils pas que ce qui était arrivé fut de sa faute ? Non, quand même pas… il n’aurait jamais pu causer si grand dégâts sur quelqu’un à mains nus. Il savait se défendre s’il le fallait mais il ne frapperait pas jusqu’à mort, du moins c’est ce qu’il s’était toujours dit. Jeong essayait de reprendre son calme tant bien que mal. Ce genre de réaction ne lui était pas familier, il ne pouvait et ne devait pas paniquer. Garder son calme et son détachement voila tout. Mais jamais il n’avait été confronté à une telle situation. Un son le sortit de sa réflexion. Quelque chose avait bougé ? Peut-être n’était-ce le vent qui soufflait dans les feuilles des arbres aux alentours, ou les voitures que l’on pouvait encore entendre au loin. Pourtant, il avait le sentiment étrange que quelque chose n’allait pas.

    - Jeong hu?


    On l’appelait ? Cette fois-ci, il en était sûr. Il était persuadé d’avoir entendu son prénom, ne serait-ce que murmuré… Il n’était pas du genre à s’inquiéter mais c’est ce qui était en train de lui arriver pourtant. Il se tourna lentement de nouveau vers le corps qu’il croyait inanimé et manqua l’arrêt cardiaque en voyant Sea Hyung à demi-relevé. Que s’était-il passé ?! Avait-il rêvé ?! Non, bien sûr que non. C’était impossible. Il l’avait vu pourtant ! Stoïque, gelé, inconscient. Mort tout simplement.

    Un frisson désagréable lui parcouru le corps, il sentait que cette histoire était loin d’être finie. Il resta quelque secondes à dévisager son professeur, ce qu’il en restait, ou du moins ce qu’il en avait resté. Qu’était-ce exactement ? Un fantôme, une apparition ?... non ce n’était possible que Jeong Hu puisse s’être trompé, pas cette fois. Il en prenait d’habitude des choses qui aurait pu le faire douter, mais là, il était tout ce qu’il y a avait de plus clean et parfaitement conscient. Pas de drogues, peu d’alcool et encore moins de cigarettes.

    La sirène de l’ambulance se faisait entendre au loin. Il tourna furtivement la tête à gauche et vit les lumières rouges des gyrophares se rapprocher. Il n’aurait pas dû partir au départ, mais c’était ce qu’il fut obligé de faire. Il avait appelé les urgences en panique et si jamais ils s’apercevaient que ce n’était qu’un canular, il prendrait cher. Il adressa un dernier regard terriblement embrouillé vers son professeur, il aurait voulu se faire hautain et distant comme d’habitude mais rien n’y paru, c’était tout à fait inexplicable. Un sentiment d’inquiétude mêlé à de l’angoisse et pourtant c’était bien la première fois qu’il s’attardait ainsi sur son visage, il l’en trouverait presque beau s’il n’avait pas l’esprit occupé par autre chose. Il ne comprenait décidément rien à ce qui se passait, et encore moins face à l’émotion qui venait de le traversait. Il mit ça sur le compte du choc. Sans plus attendre il déguerpit aussi bêtement qu’il était arrivé. Il se mit à courir le plus vit possible, s’éloignant de cette scène faussement macabre. Des tas de questions lui parvenait à l’esprit, incapable d’y répondre pour l’instant. Mais il devait savoir, il SE devait de savoir ce qui venait de ce passer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Age : 31
Localisation : Plongé dans un bouquin...
Humeur : Ne pas sourire ne signifie pas ne pas être heureux...

Feuille de personnage
Statut :: Célibataire
Relations ::
RP :: Dispo



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
Dim 13 Déc - 21:33
  
    Il fallut un petit temps à mon élève pour qu'il daigne se retourner vers moi, avec une lenteur presque exagérée. Il était un peu pâle, est-ce qu'il m'avait vu? Il m'avait vu là? Gisant mort sur le bitume? Pourtant j'avais cru comprendre qu'il ne devait jamais y avoir personne! Ouais, en quelques secondes j'en avais appris des choses, en fait je ne m'en rendais pas encore vraiment compte... c'était sans doute normal, mais ça ne m'effrayait pas moins.

    J'aurais presque eut envie de lui demander s'il avait vu un fantôme, mais parler encore une fois aurait peut-être été un peu trop violent pour ses nerfs, j'avais pas très envie qu'il fasse une crise cardiaque parce qu'il venait de voir quelqu'un revenir à la vie... surtout que j'étais censé le protéger hein... ce serait ballot. Il me dévisageait et je ne bougeais pas, soutenant son regard bien que je commençais à ressentir une légère douleur à la tête.
    Des bruits de sirènes se firent entendre et je tournai la tête en même temps que lui. Quoi!? Je baissai les yeux sur sa main et vis qu'il tenait son portable. Il avait appelé une ambulance!? Remarque, ce n'était peut-être pas plus mal, ainsi je pourrais enfin ressortir de ces foutues rues qui m'avaient piégé, mais quand même... qu'avait-il dit? Qu'allais-je dire?

    Des pensées se mirent à fuser dans ma tête... mais ce n'était pas les miennes. Il me regarda à nouveau, bizarrement - enfin pas comme d'habitude quoi, ce qui était compréhensible - et là... là je compris que c'était SES pensées que j'entendais. Un cri s'étouffa dans ma bouche et je le vis s'éloigner... les pensées s'affaiblirent avant de s'éteindre.
    Je reposai mes mains sur le sol pour essayer de me lever mais une grande douleur au torse me prit et m'empêcha de bouger. Je me courbai alors légèrement en posant ma main sur la douleur... je fermai les yeux, j'allais me retrouver seul face aux ambulanciers, et je ne savais toujours pas ce que j'allais inventer comme excuse... ni s'ils me croiraient d'ailleurs.
    Les sons se rapprochèrent et le véhicule finit par s'arrêter près de moi. Deux hommes descendirent et me regardèrent, silencieux... enfin, rien ne sortait de leurs bouches, mais leurs pensées s'affolaient.

    - C'est vous qui avait appelé? demanda l'un au bout de quelques secondes.

    Je relevai la tête vers lui, feignant de ne pas comprendre de quoi il parlait.

    - Quelqu'un nous a appelé pour nous prévenir qu'il y avait un cadavre ici... Je suppose qu'en vous voyant sur une tache de sang, la personne a du paniquer...
    - Je crois que je suis tombé dans les vapes... je viens de me réveiller et je sais pas ce qui est arrivé, mentis-je.
    - Oh...
    - Est-ce que vous avez bu?


    J'ouvris de grands yeux, choqués, offusqués qu'ils puissent s'imaginer que juste parce que je disais ne rien me souvenir, j'avais bu! Non mais! Quelle honte!

    - Non mais je suis professeur! C'est une honte de... aïe...
    - ça ne va pas?
    - Non ça va pas...


    Je soufflai et rebaissai les yeux alors qu'un petit sourire se glissait sur mes lèvres. L'un d'eux venait de se dire qu'il me trouvait plus agréable quand je ne parlais pas. Comme si j'allais le laisser me traiter d'ivrogne! Puis l'un suggéra à l'autre que je m'étais peut-être fait agressé...

    - On va vous emmener à l'hôpital pour vous faire passer des examens... finalement on sera pas venu pour rien.

    Je hochai simplement la tête et ils m'aidèrent à me relever. Ils me firent installer sur l'espèce de brancard qu'il y avait dans l'ambulance puis le vahicule redémarra et s'éloigna des lieux. Je soupirai à nouveau, silencieusement, voilà, ma "vie" venait de prendre un sacré tournant... qu'est-ce qui m'attendait maintenant?

[Terminé]



_________________
"j'ai un rêve étrange... une ombre errante
il semble que je puisse la voir mais je ne vois rien du tout, ce n'est qu'une illusion"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message Sujet : Re: [TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]
  


Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE] Une rencontre... dûe au destin? [Jeong Hu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Loominëi , la déesse du destin.
» Arc-en-ciel [PV Zarathos][DESTIN]
» Est-ce vraiment mon destin? [PV: Aurore Musicale]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Fate :: Vieux sujets-